Destroyer Etats-Unis 2018 – 123min.

Destroyer

Critique du film

Faciès ravagé par le chagrin

Sven Papaux
Critique du film: Sven Papaux

Nicole Kidman campe une flic en proie au chagrin. Une opération qui a mal tourné. Depuis ce jour-là, tout va mal, tout part en lambeau. Réalisé par l’excellente Karyn Kusama, Destroyer se perd dans une confusion entre passé et présent.

Derrière son visage grimé, Nicole Kidman, enlaidie comme jamais, délaisse sa beauté pour camper une femme alcoolique, une mère ratée, détruite par un deuil difficile à consommer. La souffrance se lit sur elle, le passé apparaît par bribes, le présent n’est plus vraiment important. Erin Bell court après un fantôme, chasse ses démons d’antan, pleure sa vie présente. Rongée, vidée, flagellée par la vie.

Si le film se construit de manière classique, les enjeux se perdent dans un lancinant jeu de pistes, étiré par de longs flashbacks freinant considérablement la puissance du récit. Même Nicole Kidman peine à pleinement camper en profondeur son personnage, écrasée sous l’épais maquillage. Kusama, auteure du brillant The Invitation (2015), prouve qu’elle sait y faire derrière la caméra, mais rate le coche au moment d’emmancher son film, de lui rendre cette noirceur baignée dans une colère indélébile. La pauvreté des quartiers de Los Angeles, dépouillée de toutes émotions - comme son personnage principal -, contraste avec les couleurs éclatantes voulues par Kusama à l’approche des villas de luxe de riches corrompus.

Une bulle d’alcool et de tabac froid, soufflée par d’innombrables retours dans le passé, avec ses conséquences. Destroyer est l’histoire d’une vie déchirée, l’anéantissement d’une existence. À trop jouer avec le feu, à vivre au plus près du banditisme, la moindre petite flamme vous brûle une vie entière. Au milieu de la déflagration, sa fille, une ado rebelle et spectatrice des tourments de sa génitrice, laisse transparaître une autre colère, celle d’avoir été délaissée par sa propre mère. Un film aux âmes délaissées, rongées par la violence.

En bref !

Nicole Kidman, spectrale, s’offre une performance aux différentes vitesses : à la fois bonnes et moins bonnes. Grâce à l’élégance technique de Karyn Kusama, Destroyer fait écho au thriller noir. Malgré ça, les incessants retours en arrière, ponctués de flashbacks, nous laissent parfois extérieurs. Une oeuvre inégale, parfois hasardeuse au moment de plonger tête la première dans la douleur. Destroyer n’est pas assez colérique.

04.03.2019

2.5

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

CineFiliK

il y a 1 mois

“Gueule cassée”

L’inspectrice Bell avait autrefois infiltré un gang de braqueurs. 16 ans plus tard, un homme portant le tatouage emblématique du groupe est retrouvé mort. Avec lui, le passé d’Erin lui revient en pleine face.

Nicole Kidman échange sa beauté plastique contre une gueule ravagée par la boisson, les accidents de la vie et le maquillage. Regard bleu, miné par la culpabilité et le désespoir, texte soufflé par une voix éteinte, l’actrice, sous un jeu de perruques mal choisies, vise clairement la performance. De quoi phagocyter l’ensemble du film, dont la léthargie ambiante et les ruptures narratives semblent s’inspirer de la série True detective. Quelques scènes d’action et un petit twist final bouclant la boucle réaniment le spectateur.

5.5/10Voir plus

Dernière modification il y a 1 mois


Eric2017

il y a 1 mois

Un film qui ne va pas révolutionner le monde du thriller. Quant à Nicole Kidman, elle serait plus crédible avec un maquillage plus réussi. Sinon que dire si ce n'est qu'il est trop long. (G-13.03.19)

Dernière modification il y a 1 mois


Autres critiques de films

After Passion

Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu?

Dumbo

La Malédiction de la Dame blanche