CH.FILM

Architecture de l’infini Suisse 2018 – 85min.

Architecture de l’infini

Critique du film

Vers l'infini et ...

Clélia Godel
Critique du film: Clélia Godel

Réalisateur polyvalent, à l’aise dans la fiction comme dans le documentaire, le cinéaste zurichois Christoph Schaub a toujours été attiré par les films d’architecture. Son nouveau projet, Architecture de l’infini, qu’il considère comme son plus personnel, cherche à définir et à comprendre les dimensions émotionnelles et philosophiques de divers espaces.

Même s’il a réalisé un film très personnel, construit selon ses intérêts et ses sentiments, Christoph Schaub souhaitait y apporter une dimension universelle afin que chacun puisse faire des liens avec sa propre expérience. Si le pari est tenu durant une bonne partie du documentaire, le récit dérive ensuite dans des propos philosophico-religieux qui risquent certainement de perdre les non-initiés. De la même manière, sans remettre en cause le talent de ces artistes, les histoires que nous racontent les six protagonistes ont parfois tendance à s’éparpiller, au lieu d’être emboîtées convenablement dans une trame structurée et claire.

Un film de cette envergure doit forcément soigner son aspect visuel, ce qui est le cas puisque le cinéaste nous propose des compositions léchées qui mettent parfaitement en valeur les édifices présentés. On apprécie entre autres la finesse des cadrages qui jouent notamment sur les échelles et les proportions, mais aussi le traitement de la lumière qui donne de la chaleur à ce film parfois un peu dur et froid. Élément fondamental à prendre en compte lors de la construction d’un bâtiment, la lumière fait également l’objet de toute une réflexion sur sa portée symbolique et sur les éléments mystiques qu’elle peut véhiculer.

Si les images sont particulièrement belles, elles restent malheureusement beaucoup trop statiques pour donner un rythme adéquat au documentaire, résultant à plusieurs reprises en des scènes qui frôlent l’ennui. Il faut dire que la musique de Jojo Mayer, un des six artistes, qui consiste surtout en des variations de percussions, n’aide pas vraiment et durcit les images au point de rendre le film presque assourdissant. L’addition de tous ces éléments converge finalement vers un projet sans doute trop expérimental qui satisfera essentiellement les passionnés d’architecture.

En bref !

Documentaire sur l’architecture sacrale, Architecture de l’infini peut compter sur les belles compositions de son réalisateur qui nous fait découvrir de surprenants édifices. Mais il est difficile d’adhérer aux réflexions philosophiques qui rendent la séance assez laborieuse. Une œuvre à réserver principalement aux adeptes du premier art.

10.04.2019

2

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Isabella Elisabetta

il y a 12 jours

Une très bonne idée mais confuse ...


Autres critiques de films

Aladdin

Pokémon : Détective Pikachu

John Wick: Chapter 3 – Parabellum

Avengers: Endgame