CH.FILM

L'ordre divin Suisse 2017 – 96min.

L'ordre divin

Critique du film

Die göttliche Ordnung

Théo Metais
Critique du film: Théo Metais

L’ordre Divin est l’une des belles surprises suisses de cette année 2017. Prix de Soleure, Quartz 2017 du Meilleur scénario pour la réalisatrice Petra Volpe et de la Meilleure interprétation féminine pour Marie Leuenberger, c’est un véritable succès populaire et critique que nous allons décrypter ensemble.



“En 1971, le monde était en pleine mutation mais ici en Suisse, le temps semblait s’être arrêté”. Sur cette phrase s’ouvre le film. Le ton est donné, on découvre un village comme un ermitage suspendu à la douceur des montagnes et préservé de la rumeur du monde. Puis l’histoire dévoile le parcours de Nora, une jeune mère au foyer interprétée par la Berlino-Bâloise Marie Leuenberger, qui combattra publiquement en faveur du suffrage féminin.

Il y a un plaisir indéniable à observer la lutte de ces femmes sous la direction de Petra Volpe. La mouvance féministe s’expose avec humour, tendresse et surtout beaucoup de justesse à travers le personnage de Nora. Elle n’a pas la rage intrinsèque des ces amazones en guerre contre un déterminisme social; sa volonté première n’est pas de bouleverser les droits des femmes, néanmoins elle souhaite s'émanciper des bassesses ménagères et elle rêve d’un travail. Alors elle prendra la parole, et dans ce village calfeutré dans l’ombre des montagnes, la rumeur débridera un silence phallocrate.

L’ordre divin n’est pas que le récit d’une guérilla contre l’oligarchie des hommes mais plus largement, une allégorie du “Connais-toi toi-même” socratique qui assigne aux êtres de devoir prendre conscience de leur propre mesure. C’est donc une quête initiatique pour Nora, pour ces femmes et leurs maris qui lentement redéfinissent leur rôle à mesure que leur suprématie s’effrite. Enfin, le film désacralise les préceptes divins, qui sous couvert de bonne-foi, étouffent le libre arbitre des sociétés. C’est donc avec grand plaisir que je propose un joli et très mérité 4/5.

06.06.2017

4

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

vincenzobino

Respect
1951 dans un village appenzellois, Nora est l'archétype même de la femme au foyer contrainte d'élever ses enfants et ne pouvant travailler sans l'aval de son mari Toni. Lorsque Vroni, la tenancière de l'auberge aujourd'hui à la retraite voit en Nora l'espoir d'un droit de vote féminin, et que d'autres femmes clouées dans le silence acceptent de tenir une grève des femmes, la révolte et l'Histoire se mettent en route.
Ovationné lors des dernières journées cinématographiques de Soleure, l'ordre divin arrive enfin en salles. Il y avait dans cette approche une évidente comparaison avec les suffragettes et une intrigue politique évidente.
Mais Petra Volpi prend la juste option de rendre hommage à ces citoyennes ayant bouleversé une coutume machiste non sans peine (du cœur comme des a-priori). Et si certaines situations peuvent faire sourire, elles témoignent de l'humiliation que subiss(aient)e encore, de par les inégalités salariales, les femmes.
Des actrices magnifiques, une satire féroce sur l'incapacité masculine d'alors à pallier à une absence féminine, le respect comme l'irrespect sont les thèmes qui ressortent du film, brillamment illustrés par la chanson finale. Messieurs, vous pourriez bien ne pas avoir le même regard en sortant de la salle sur votre conjointe.
Une expérience à recommander...

Voir plus

L'ordre divin 4

Casper73

Eve lève-toi !
Petra Volpe, réalisatrice suisse nous offre une vision des archétypes prévalant dans le monde rural suisse avant le 7 février 1971.
Délimités par des rôles assignés, les protagonistes peinent à s'échapper des regards scrutateurs qui les renvoient à choisir entre un confort tutélaire et leur voix. Parmi ces désordres terrestres, Nora, femme au foyer, se verra d'abord bien malgré elle érigée en porte-parole de la cause féminine et particulièrement du droit de vote. Nouvelle coupe de cheveux, port du pantalon, droit à la parole, droit à l'indépendance financière, droit parental ; chaque petit pas entraîne un bond de géant pour certaines mentalités pusillanimes. La rupture est inévitable, car en imaginant le droit de vote comme un pas des femmes vers le port de la culotte, les hommes de ce village vont se corseter à l'instar aussi de quelques pairs aigries. Ce film détaillé offre un aperçu de la lutte féminine en 1971 dans les milieux sclérosés par une éducation basée sur les genres. Hans, mari puis aussi évoluant en tant que compagnon de Nora prévient le risque d'une certaine misandrie larvée.
L'égalité dans le monde est un long chemin, ne craignons pas la morsure de l'ignorance, nous arborons désormais des stilettos.

Voir plus

L'ordre divin 4

Spoutnique

Franchement bluffé ! Quand mon amie m a proposé d aller voir ce film j étais très septique. Mes a priori sur les films helvétique ne se sont pas vérifiés. Très bon scenario bien exploité, pas de longueur, très bon jeu d acteurs et surprise: très bon doublage. On en appends sur des temps pas si anciens sur notre democratie et sa culture. A voir.

Dernière modification: June 19, 2017 12:39

L'ordre divin 5

Autres critiques de films

Wonder Woman

Baywatch: Alerte à Malibu

Pirates des Caraïbes: La vengeance de Salazar

La Momie