Les heures sombres Etats-Unis 2018 – 125min.

Les heures sombres

Critique du film

Darkest Hour

Alexandre Janowiak
Critique du film: Alexandre Janowiak

Alors que les forces nazies traversent l’Europe de l’Ouest et menacent d’une invasion imminente, que le peuple semble pris au dépourvu, le roi sceptique et son parti conspirant contre lui, Winston Churchill doit affronter des heures sombres, rallier une nation toute entière et tenter de changer le cours de l’Histoire.

Winston Churchill n'a cessé d'être étudié au sein de la fiction, que ce soit dans les années 70 avec Les Griffes du lion de Richard Attenborough ou plus récemment dans la saison 1 de The Crown et le film biographique sorti mi-2017 et au nom sans équivoque : Churchill. Le réalisateur Joe Wright avait donc fort à faire en s'attaquant à un personnage rebattu des dizaines de fois... et il relève le challenge merveilleusement.

Avec ses précédents films et notamment Reviens-moi, le cinéaste anglais avait démontré un vrai talent de metteur en scène. Dans Les Heures sombres, il confirme son intelligence et son sens du cadre dans des espaces cloisonnés. Chacun de ses plans sont très inspirés et sublimés par une photographie brumeuse fascinante de Bruno Delbonnel, l'intervention radiophonique du Premier ministre où la lumière rouge enveloppe la pièce représentant le sommet esthétique du long-métrage. Malgré la superbe réalisation de Joe Wright, Les Heures sombres essuie quelques défauts. Durant ses deux heures, le film subit par moment son récit trop bavard et compte plusieurs scènes accessoires (celle du métro en particulier). Il souffre ainsi de pertes de rythme assez préjudiciables face à la puissance de son histoire. Heureusement, ces errements scénaristiques ou verbeux sont toujours sauvés par la prestation exceptionnelle d'un Gary Oldman possédé et méconnaissable.

03.01.2018

4

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

TOSCANE

Excellent ! Fantastique jeu d'acteur. Secrets de de l'Histoire toujours passionnants.

Les heures sombres 4

seemleo

Mise en scène prodigieuse pour ce "biopic" décrivant les quelques semaines décisives du début de la guerre et des conflits intestinaux du pouvoir britannique afin de se positionner face à l'Allemagne sanguinaire. Alors que tout semble perdu et que certains veulent négocier avec "Monsieur" Hitler (Halifax, Chamberlain) seul Churchill tient tête et contre vents et marées redonne espoir aux citoyens insulaires.

Le film est une grande réussite factuelle. Hors cette mise en scène qui souligne à chaque plan la solitude de notre héros britannique, seul face au reste du monde. (La scène au téléphone avec le président américain est peut-être la plus illustrative), la construction narrative est exemplaire et portée par des acteurs, actrices (Christine Scott Thomas) parfaitement habités dans leur rôle.

Émouvant et complètement d'actualité. Un seul homme peut effectivement faire basculer l'histoire en quelques jours.

A ne point rater.

Voir plus

Les heures sombres 5

vincenzobino

4.5 : V for Victory
1940: l'Allemagne a le quasi contrôle le long de la Manche. A Londres, le premier ministre Chamberlain croit dur comme fer qu'un accord de paix avec Hitler est encore possible, tout comme une majorité de la chambre des Lords. Mais son ministre de la guerre, Winston Churchill ne croit qu'à la bataille afin de protéger l'île britannique. Mais lorsque vous êtes un invétéré fumeur de cigares, que vous méprisez une classe de la population et que vous n'arrivez pas à vous séparer de l'alcool, prendre le destin du Royaume-Uni s'avère périlleux pour éviter sa chute entre les mains allemandes.
Une année après avoir exploré le déroulement du D-Day, un nouveau film sur Churchill nous est servi. N'ayant pas vu le premier film mais lu des retours plus que pessimistes, il y avait un double intérêt à ces heures sombres: Joe Wright qui avec reviens-moi nous avait servi l'un des plus phénoménaux plans de 39-45 au cinéma, et Gary Oldman fraîchement récompensé aux Golden Globes.
Et cette double envie s'avère récompensée: Wright ne nous propose quasiment aucune séquence de guerre si ce n'est un bombardement vu du ciel, contraste avec la terre ferme tant présente dans Atonement. Et Gary Oldman est absolument grandiose: méconnaissable comme en Dracula, il nous offre un faciès de rictus époustouflant et est véritablement habité par son personnage, à tel point que sur sa première apparition l'on est avec Gary, mais sur l'ultime séquence au Parlement, l'on entend le premier ministre qui par une descente en métro saura écouter une frange de son peuple et prendre une décision qui influencera à jamais le destin britannique et mondial du XXème siècle.
Le film retranscrit les faces sombres du premier ministre avec une extrême justesse, que ce soit sa relation avec son épouse (magnifique Kristin Scott-Thomas) ou le roi Georges VI (Ben Mendelssohn se démarquant de Colin Firth tout en conservant le bégaiement presque guéri). Il égratigne également l'aspect politique où négociations et raisonnement ne font pas toujours bon ménage.
Il ne faut nullement s'attendre à de l'action mais le temps passe fort vite tant l'empathie naissante envers Churchill et son geste symbolique à double sens trouve ici son écho.
A recommander vivement et impérativement en VO si vous maîtrisez la langue de Shakespeare.

Dernière modification: January 13, 2018 23:49

Voir plus

Les heures sombres 4

Autres critiques de films

Downsizing

Le sens de la fête

Star Wars: Les derniers Jedi

Coco