Chouquette France 2017 – 83min.

Critique du film

Chouquette

Théo Metais
Critique du film: Théo Metais

Dans une luxueuse bicoque amarrée sur une île de Bretagne, Chouquette traîne une existence monotone et solitaire. Depuis trois ans, elle y organise l’anniversaire surprise de son mari Gepetto qui ne vient jamais, pas plus que les autres invités… Accrochée à la jardinerie et à la vodka, deux rencontres viendront troubler le silence: Diane, une ancienne maîtresse de Gepetto et son petit-fils Lucas. De ce trio naîtra un périple sur les routes de Bretagne.

La Bretagne compte parmi les décors privilégiés du cinéma français pour raconter les réclusions bourgeoises et autres mélos gentiment intellos. Il y a des décors propices, sinon en vogue! Mais malgré cette impression de déjà-vu, Sabine Azéma donne du corps à l’absurde de son personnage Chouquette. Celle qui attend éperdument mais tragiquement la venue de son Gepetto rappelle le Godot de Beckett et les errances des deux vagabonds. Au passage, comment s’appelle le réalisateur déjà ? Patrick Godeau ? Excellent! Poursuivons. Surnaturelle, l’arrivée de Diane inteprétée par Michèle Laroque prolonge cette tradition du théâtre de l'absurde.

Les premières minutes explorent la vacuité. C’est une farce tragique en harmonie avec la mise en scène mais voilà que le petit fils de Chouquette (Antonin Brunelle-Rémy) se greffe au périple et que l’histoire se précipite dans un discours transgénérationnel, sur l’amour, l’angoisse de l’existence, la mort et la solitude. Dégénérescence des genres, plongeon vers les crises de nerfs, les confidences chuchotées, les “je t’aime” inavoués et les “au diable!” de velours. Le passé se révèle et les humeurs s'échauffent. Idéal pour contenter un public familial, là où les premières minutes prenaient une tournure plus sélective. Au milieu, quelques pirouettes amusantes mais l’aventure se révèle parfaitement conventionnelle. Ce premier long-métrage disperse néanmoins des curiosités d’écriture qui laisseront en définitive une impression sympathique.

02.08.2017

3

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Autres critiques de films

Justice League

Sorry We Missed You

Douleur et gloire

God Exists, Her Name is Petrunya