La belle et la bête Etats-Unis 2017 – 129min.

La belle et la bête

Critique du film

Beauty and the Beast

Critique du film: Geoffrey Crété

Dans la France de la fin du XVIIIè siècle, dans un petit village français. Rêveuse et passionnée de littérature, Belle vit avec son père, un vieil inventeur farfelu. Lorsqu’il se perd en pleine nuit dans les profondeurs d’une l’inquiétante forêt, il se réfugie au château de la mystérieuse Bête, qui l’emprisonne. Déterminée à sauver son père, Belle accepte de prendre sa place auprès de l’effrayante créature, et découvrira que derrière la Bête se cache un beau prince, victime d’une terrible malédiction…

« Pourquoi ? ». C’est la question qui plane et pèse sur cette adaptation clinquante du classique de Disney, qui arrive un peu plus de deux ans après la superproduction française (et tout aussi fade) avec Vincent Cassel et Léa Seydoux. Hollywood a beau sortir 160 millions autour d’Emma Watson, accompagnée d’une farandole d’effets spéciaux, cette version 2017 réalisée par Bill Condon (Twilight 4 et 5) brille par vacuité et son inutilité. Particulièrement pour celui qui a en tête le dessin animé incontournable de 1991, et qui y verra un remake pur, simple et dispensable. Avec en plus une Bête numérique moyennement satisfaisante, loin d’avoir le charme attendu, cette superproduction sage et fade se révèle donc bien dispensable et désagréable. Et l'absence de magie réelle à l'écran ne fait que rappeler la cynique industrie, qui prépare un recyclage des grands classiques (Dumbo, Le Roi Lion ou encore Mulan).

20.03.2017

2

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Casper73

Emma Watson insuffle la magie dictée par la la marque. Il est vrai que notre Hermione Granger y excelle avec grâce. Les plus jeunes seront certainement transportés de revoir l'exacte réplique du dessin animé, à une digression près, chansons comprises. Une exubérance d'effets et d'ors, une princesse à l'habit convenu et une bête bien policée et peu solaire m'ont, quant à moi, fait regretter la superbe de Marais et les métamorphoses sans 3D. Y aller accompagné de lutins distillera la magie.

La belle et la bête 2

Autres critiques de films

Kong: Skull Island

Logan

Lion

Moonlight