Au revoir là-haut France 2017 – 117min.

Au revoir là-haut

Critique du film

Au revoir là-haut

Critique du film: Geoffrey Crété

Novembre 1919. Rescapé des tranchés, Albert Maillard tente de retrouver une vie normale à Paris tout en s’occupant de son camarade Edouard Péricourt, qui l’a sauvé sur le champ de bataille. Terriblement défiguré au visage, celui-ci se créé des masques farfelus et vit sous une fausse identité, laissant son père et sa sœur croire qu’il est mort. Lorsqu’il propose à Albert de monter une grande arnaque de monuments aux morts factices à vendre aux municipalités, le duo s’embarque dans une aventure dangereuse…

Une chose est certaine : Albert Dupontel est l’un des cinéastes les plus ambitieux et donc précieux du cinéma français. Quatre ans après 9 mois ferme, le voilà de retour avec un budget conséquent pour adapter le roman de Pierre Lemaître, avec des acteurs de premier plan (Niels Arestrup, Laurent Lafitte, Emilie Dequenne, Mélanie Thierry) et une tonne d’idées. C’est là qu’Au revoir là-haut brille : avec la caméra virevoltante de Dupontel, son goût pour les cadrages précis et les mouvements majestueux, son attention aux détails qui se retrouve dans les décors et les costumes. L’entreprise touche à ses limites d’un point de vue narratif, la faute à une histoire éclatée entre plusieurs sous-intrigues (l’arnaque, la romance, le méchant, le but de la sœur, l’amitié entre les deux hommes) mal accordées. D’où l’impression d’être face à un film beau, mais qui avance à tâtons et passe ainsi à côté de l’émotion attendue.

26.10.2017

3

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

CineFiliK

“Le fabuleux destin d’Albert Maillard”

Maillard a survécu à la Première guerre grâce à son camarade Péricourt qui, pour le sauver, laissa son visage sur le champ de bataille. L’armistice signée, tous deux survivent dans un Paris soignant ses blessures. Pour s’en sortir, ils se lancent dans l’escroquerie en proposant aux vivants de fictifs monuments aux morts.

Il était une fois un fabuleux destin. Ayant fui en Afrique dans les colonies françaises, Maillard conte son histoire et nous transporte par ses mots et ses images. L’enfer des tranchées fait de chair et de sang s’ouvre sous nos pieds. La survie a un coût, tout comme le bonheur. Les années folles succèdent à la folie des hommes. La souffrance se fait art quand la gueule cassée devient un bal masqué. On virevolte sans cesse entre le tragique et le comique dans ce tourbillon de décors et de couleurs saturées. Tel un ardent dimanche de fiançailles auquel Jean-Pierre Jeunet aurait pu dire oui. Il y a tant à découvrir sur tous ces personnages troubles et lumineux qu’on aurait aimé les connaître plus encore. De quoi donner l’envie de lire ou de relire le prix Goncourt 2013, source de ce film enlevé.

7.5/10

Dernière modification: November 15, 2017 07:36

Voir plus

Au revoir là-haut 4

michade

c'est rare que je sois sorti d'un film aussi heureux, et émerveillé
c'est une fable, à la manière d'un compte, avec ses gentils, ses méchants, ses retours de balancier,
mais avant tout une magie et une simplicité merveilleuses

... courez-y!

Au revoir là-haut 5

Franck

de la sensibilité, de l'humour, on passe de surprise en surprise et c'est drôle même si on ne parle que de morts. Ils viennent d'avoir vécu la guerre, ils s'en sont sortis, mais pas indemne. Pour ceux qui ont oublié cet épisode de notre passé, c'est une leçon de vie, même si l'on en rit. Et pour une fois, ce ne sont pas que les allemands qui ont voulu la première guerre mondiale. Un film qui nous change des super productions venues des Etats-Unis.

Au revoir là-haut 5

Autres critiques de films

Justice League

Thor: Ragnarok

Saw: L'héritage

Cars 3