CH.FILM

Pomme et volcan Suisse 2017 – 89min.

Pomme et volcan

Critique du film

Se souvenir des jolies choses

Clélia Godel
Critique du film: Clélia Godel

Premier long-métrage documentaire de la cinéaste indépendante suisse Nathalie Oestreicher, Pomme et volcan s’interroge sur la persistance du souvenir après la mort au travers d’un dialogue entre la réalisatrice et son amie Fabienne, atteinte d’un cancer. Ayant elle-même connu une enfance marquée par le décès de ses proches, Nathalie Oestreicher tente de répondre aux questions de Fabienne qui s’apprête à laisser derrière elle ses deux fillettes. Un récit poignant.

Gravement malade, Fabienne n’a plus beaucoup de temps à vivre. Si elle appréhende son destin sans tabou, elle s’inquiète tout de même pour ses deux filles qui vont devoir apprendre à vivre sans elle. Pour comprendre ce qu’elles s’apprêtent à affronter, Fabienne interroge son amie cinéaste Nathalie, qui a perdu son père et son frère alors qu’elle était très jeune. En se replongeant dans ses souvenirs et en discutant avec sa famille, Nathalie va découvrir que ses sentiments ont considérablement changé en grandissant. La discussion avec Fabienne n’en ressortira que plus forte.

Au départ, Nathalie Oestreicher souhaitait consacrer son film à la maternité et aux difficultés qui l’entourent. Mais en apprenant l’incurabilité du cancer de Fabienne, la réalisatrice a opté pour une thématique plus existentielle, centrée sur le rapport à la mort, à l’absence et aux souvenirs. Un sujet, certes assez lourd, qui évite toutefois de tomber dans le pathos en posant des questions essentielles : quels impacts a la mort d’un être cher sur les enfants ? Quels souvenirs gardent-ils ? Que faut-il leur léguer ?

En tentant de répondre à ces interrogations, Nathalie Oestreicher va retracer son enfance et panser les plaies qu’ont laissées les traumatismes qu’elle a vécus. La majeure partie du documentaire est ainsi consacrée à sa propre histoire, qu’elle ponctue de conversations touchantes avec sa mère ou sa sœur. Sa famille se trouve véritablement au centre de son récit, comme en témoigne le titre Pomme et volcan qui renvoie directement à des souvenirs liés à son père et à son frère. Une démarche plutôt subjective qui devient universelle dès lors que Fabienne intervient.

Ce sont en effet les moments que la cinéaste partage avec son amie qui se révèlent être les plus bouleversants. Personnalité rayonnante et pleine de vie malgré sa condition, on regrette quelque peu que Fabienne n’apparaisse pas davantage à l’écran tant ses pensées sont lumineuses. Tournées avec une extrême pudeur, les scènes où elle est présente sont également pour elle une manière de léguer à son entourage une image positive.

En bref !

Nathalie Oestreicher est parvenue à faire de son Pomme et volcan un documentaire touchant qui explore la thématique de la mort et du souvenir avec beaucoup de bienveillance, malgré une approche très personnelle. Mais en terminant sur une note positive, son long-métrage permet surtout de rendre un bel hommage à son amie Fabienne.

13.11.2018

3.5

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Autres critiques de films

Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu?

After Passion

Dumbo

Shazam!