Viceroy's House Inde, Royaume-Uni 2017 – 106min.

Résumé

Viceroy's House

genre
Drame

Le film de Gurinder Chadha (Joue-la comme Beckham) se déroule en 1947 en Inde alors que le Royaume-Uni doit rendre le pays à son peuple. Hugh Bonneville et Gillian Anderson jouent Lord Mountbatten et sa femme. Michael Gambon et Om Puri figurent également à l’affiche. Viceroy’s House était le siège du gouvernement britannique à Dehli. En 1947, pendant 6 mois, Lord Mountbatten assure le rôle du dernier Vice-roi, en charge de la préparation de l’indépendance. Mountbatten vivait au deuxième étage avec sa femme et sa fille pendant que leurs serviteurs, 500 Hindous, Musulmans et Sikks vivaient au rez-de-chaussée. Alors que l’élite politique prend ses quartiers à l’étage pour se quereller sur la naissance d’une Inde indépendante, le conflit éclate dans la demeure toute entière, menant à la décision cruciale d’une partition de l’Inde dont les conséquences continuent de perdurer encore aujourd’hui. [Communiqué de presse]

Casting

Réalisateur

Date de sortie

Suisse All.: 10 août 2017

Romandie: 5 juillet 2017

Bandes-annonces, vidéos & images

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

vincenzobino

4.5 : De grandes espérances
1947: Lord Mountbatten est nommé vice-roi des Indes, que le Royaume Uni s'apprête à laisser libre aux indiens. Seulement lorsque vous avez 3 minorités religieuses composant ce futur vaste État, le partage s'avère scabreux. Et les membres du palais, qu'ils soient britanniques ou indiens, doivent cohabiter. Parmi eux, Jeet et Ahlia, tous deux au service de Mountbatten et d'origine religieuse différente.
34 ans après Gandhi, un nouveau film sur l'Independance indienne nous est proposé. L'on pouvait craindre un classicisme empli de clichés, mais c'était sans compter sur Gurinder Chadha. Personne mieux qu'elle ne pouvait rendre ce compte-rendu d'un des plus puissants exodes, un témoignage tout à la fin en démontre la preuve. Il fallait d'une part une totale partialité politico-religieuse et d'autre part un certain esprit critique sur les us et coutumes de tout ce petit monde.
La réalisatrice rétablit une certaine vérité sur "le plan Mountbatten" et l'envers du décor de cette partition.
A l'observation politique susmentionnée, s'ajoute une très belle romance, un chouillat peut-être à l'eau de rose, grâce à deux très beaux acteurs.
Les décors et costumes sont absolument magnifiques: l'impression de vivre ces événements est visuellement omniprésente, la musique est magnifique et l'évidente démarcation avec le chef-d'œuvre de Sir Attenborough venant d'une femme, fort à-propos.
Une très belle leçon d'Histoire à recommander vivement...

Voir plus

Viceroy's House 4

CineFiliK

“Independence Day”

En 1947, l’Anglais Louis Mountbatten est nommé vice-roi et gouverneur général des Indes. Sa mission d’importance et périlleuse est de permettre au pays de gagner son indépendance.

L’histoire serait écrite par les vainqueurs. Qu’en est-il quand il n’y en a pas ? A Delhi, les centaines de domestiques du palais royal, bientôt gouvernemental, s’affairent pour accueillir dans l’or et l’opulence, le Lord et sa famille. Un occupant britannique en partance, affaibli par des années de guerre et de rationnement au point de saliver devant un poulet apprêté pour un chien. Cette inversion étonnante du rapport de force n’est qu’une illusion et la réalité indienne plus complexe et douloureuse. La liberté a un prix pour ce pays aussi vaste et peuplé qu’un continent, gangrené par les conflits religieux, l’illettrisme et la mortalité enfantine. Unicité ou répartition ? Hindous, Sikhs et Musulmans opposent leur point de vue. En coulisse, Churchill préconise la création de deux États, à l’image de l’Irlande et de la Palestine. En conséquence, le plus grand exode de l’humanité – 14 millions de migrants sur les routes dont 1 million n’atteindra jamais la destination choisie. Le film met en lumière ce pan de l’histoire peu connu des non-initiés. La réalisatrice d’origine indienne le raconte avec efficacité. S’inspirant peut-être du procédé utilisé par Robert Altman dans Gosford Park et repris dans la série à succès Downton Abbey – à qui elle emprunte son acteur principal Hugh Bonneville – elle fait se refléter sur les serviteurs les enjeux des délibérations dirigeantes. On lui pardonnera ses élans romantiques qui digressent pour retenir la qualité soignée de l’ensemble.

7.5/10

Dernière modification: July 12, 2017 10:29

Voir plus

Viceroy's House 4

Watchlist

Séances Viceroy's House

Il n’y a aucune séance dans les régions sélectionnées.

Au cinéma à

Louez des films recommandés

Teleboy
Hollystar

Dès à présent dans les salles 6 sur 38 Films