La Momie Etats-Unis 2017 – 110min.

La Momie

Critique du film

The Mummy

Théo Metais
Critique du film: Théo Metais

Des Oiseaux de Hitchcock, en passant par Le Loup Garou londonien de John Landis, jusqu’au Dr. Jekyll de Stevenson, La Momie version 2017 revisite le genre, inaugure la série “Dark Universe” et s’offre une papillote pour le moins alléchante. Reste à savoir ce qu’il advient du classique une fois sur le billard d’Alex Kurtzman.



Au Moyen-Orient et alors que Tom Cruise échappe à une averse de kalashnikovs en turban, une roquette sauvera notre héros et saignera le sol jusqu’à en déchausser la crypte d’Ahmanet de ces siècles d’oubli. Et oui, car Ahmanet détrône Imhotep, Sofia Boutella congédie Boris Karloff et féminise l’un des grands mythes cinématographiques. Quoi qu’il en soit, la Momie est libérée, la malédiction se propage avec une armada de Zombies kitsch et la chose résonne étrangement avec une autre découverte dans les entrailles de Londres.

Dans un genre différent mais à la manière des univers Marvel et DC Comics, La Momie inaugure la série d’“Dark Universe” d’Universal avec pour objectif de dépoussiérer les Universal Monster. Le film est donc teinté d’aimables références aux reliques du cinéma d’horreur et détartre cette mythologie ancestrale; néanmoins il se révèle étonnamment conventionnel. A l’image d’un alpiniste qui franchirait l’Everest en funiculaire, le suspens s’asphyxie dans une production en feux d’artifices où le casting de belles-gueules barbouillé de 3D plonge le mythe dans un monde de facilités techniques et narratives assez pâlottes.

Beaucoup d’encre a coulé sur l’incarnation féminine d’une momie historiquement masculine. Néanmoins et bien que convenablement interprétés, les personnages de Sofia Boutella et Annabelle Wallis, servent de faire-valoir à un Tom Cruise attendu dans un rôle de Don Juan intrépide. Même Russel Crowe ne saura surprendre sous les traits pop et flagada du Dr. Jekyll. Il reste une esthétique relativement digeste et quelques brèves trouvailles qui empêcheront de sombrer sous les charmes soporifiques du “déjà-vu”. Enfin et sous-couvert de s’adresser à un jeune public, rien ne justifiait de gaufrer l’histoire de guimauve.

12.06.2017

2

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

CineFiliK Excellent

“Mommy!”

En son temps, la cruelle princesse Ahmanet, assoiffée de pouvoir, fut momifiée vivante. Nick Morton, soldat d’élite en Irak et pilleur de sites archéologiques à ses heures perdues, découvre aujourd’hui son tombeau. Ainsi, réveille-t-il l’âme damnée de l’Égyptienne.

Quelque peu lassé par le monopole super-héroïque, Hollywood incante ses monstres classiques de l’au-delà. La momie montre la voie, suivie de très près par Dr. Jekyll, opportunément présent sous les traits de Mr. Crowe. Sont annoncés Frankenstein, Dracula, le loup-garou, l’homme invisible… L’idée peut séduire les plus nostalgiques, mais le sortilège ne prend pas. Sans personnalité propre, le film en appelle à Indiana Jones, Hitchcock – brune et blonde rivales et séductrices, oiseaux menaçants –, The walking dead et Mission impossible, série dans laquelle on préfère voir Tom Cruise s’ébattre. Cette avalanche successive de tons et de références fragilisent la pyramide qui finit par s’écrouler. Oubliez monstres et super-héros, seule une intelligence créatrice sauvera le cinéma américain.

5.5/10

Dernière modification: June 30, 2017 20:30

Voir plus

La Momie 2

pandarescue

Bon film. J'ai bien aimé le nouveau concept de momie. Quelques réserves en revanche concernant un dénouement rafistolé, et de nombreuses questions concernant le monde moderne restent sans réponses.
C'est bien dommage car le film dans son ensemble a un grand potentiel : Un humour vraiment sympa, des momies bien desséché , de jolies séquences, et une intrigue bien nouée pendant un peu plus de la moitié du film.

Dernière modification: June 21, 2017 11:08

La Momie 3

Autres critiques de films

Moi, moche et méchant 3

Dunkirk

La Planète des Singes - La Suprématie

La tour sombre