Ouvert la nuit France 2016 – 97min.

Critique du film

Ouvert la nuit

Critique du film: Geoffrey Crété

Parce que les répétitions de la nouvelle pièce tournent au désastre à cause de plusieurs incidents, d’un metteur en scène japonais étrange et de gros problèmes financiers, Luigi se retrouve au pied du mur : il a une nuit pour sauver son théâtre. Pour trouver un singe capable de monter sur les planches, pour récupérer l’estime du metteur en scène, pour regagner la confiance de son équipe et le respect de Nawel, son amie et collaboratrice. Il embarque dans l’aventure Faeza, étudiante de Sciences Po qui s’est retrouvée stagiaire dans ce petit théâtre, et qui va passer quelques heures rocambolesques avec Luigi…

L’allergique à Edouard Baer, à sa personnalité, son personnage et son verbe, aura bien du mal à regarder Ouvert la nuit. Tout, des dialogues aux personnages en passant par l’univers, est à l’image de l’acteur et réalisateur décalé. D’où une odyssée nocturne dans un Paris léger, coloré, un peu absurde et un peu politique. C’est grâce à Sabrina Ouazani, inattendue dans le monde d’Edouard Baer, que le film fonctionne. L’actrice, révélée par Abdellatif Kechiche dans L’Esquive, apporte une spontanéité et une énergie qui cassent la dynamique un peu trop attendue de la comédie. Ce n’est pas suffisant pour en conclure qu’Ouvert la nuit est une franche réussite, mais c’est bien assez pour en faire un objet charmant.

20.02.2017

3

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

regis_m

il y a 4 ans

Pas envie de mettre la note la plus basse. Et pourtant... Oui, j'aime beaucoup Edouard Baer, depuis son Centre de Visionnage. Il y a aussi Nova, il y a eu Secrets de femmes, quelques films de bonne facture, sa fameuse tirade dans Asterix. J'avais vraiment envie d'aimer ce film, surtout que les critiques étaient positives.
Mais il faut constater que ça ne raconte pas grand chose, que les situations tombent à plat, qu'il se met même à l'humour de bistrot idiot, et que sur la forme... ben c'est pas terrible non plus. Il essaie d'être dadaïste, pataphysicien, un troubadour de l'absurde, mais il me semble qu'il en faut un peu plus pour percuter. J'ai quitté la salle après une heure. Laissant derrière moi une visite de Paris la nuit, dans des endroits parfois étonnants, avec des personnages qu'on ne rencontre qu'après minuit, qui aurait pu être plus belle et poétique si Edouard Baer ne cherchait pas à se saborder systématiquement.

PS : belle prestation d'Audrey Tautou, mais surtout de Sabrina Ouazani, magnétique.Voir plus


Autres critiques de films

Justice League

Sorry We Missed You

Douleur et gloire

God Exists, Her Name is Petrunya