Neruda Argentine, Chili, France, Espagne, Etats-Unis 2016 – 107min.

Cineman Movie Charts

Exclusivité Cineman: Rejoignez le plus grand jury cinéphile de Suisse et avec un peu de chance, vous irez bientôt au cinéma gratuitement!

  • chef-d'oeuvre
  • bon
  • moyen
  • passable
  • consternant

5

4

3

2

1

2

2

1

0

1

3.7

6 Avis des internautes

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Skorpio

il y a 3 ans

Des images impeccablement léchées pour ce film difficile à catégoriser.
Scénario de polar, un policier traque un fugitif, le film se démarque totalement de cette catégorie par l'aspect psychologique, l'obsession de ce policier, renforcée par des commentaires en voix-off. Le spectateur en vient à s'interroger sur l'inversion chasseur-proie vers laquelle le film glisse subrepticement.
Gael Garcia Bernal est comme d'habitude impeccable et les dialogues élaborés mériteraient clairement une relecture privée après le film.
Le cadre montagneux des scènes proches de la fin du film est grandiose!Voir plus


claude_d_

il y a 3 ans

Oeuvre brillante, sur le fond, comme sur la forme. Intelligence aigüe et montage millimétré.
On souhaiterait plus de films européens de cette qualité.
L'acteur qui incarne Neruda ressemble physiquement à Philippe Noiret, qui jouait le même personnage dans "Il postino", lui aussi magnifique.Voir plus


CineFiliK

il y a 4 ans

“Poésie sans fin”

En 1948, alors que la Guerre Froide gèle le monde, Pablo Neruda, poète, homme politique et militant communiste, se dresse publiquement contre le gouvernement populiste chilien. Considéré comme un traître et un ennemi, il s’enfuit, poursuivi par le tenace inspecteur Peluchonneau.

Pablo Larraín n’en a pas terminé avec l’histoire de son pays. S’il délaisse quelque peu les années Pinochet, l’ombre du mal à venir noircit néanmoins l’arrière-fond du film, c’est pour mieux mettre en avant un héros de la nation. S’ensuit un portrait surréaliste et vivant de Neruda rendant hommage à son imaginaire. Les sénateurs débattent dans de luxueux salons pissotières. Les morts ressuscitent quand on les enterre et la cavale finale a tout du western neigeux. Quant à la figure du poursuivant, interprétée par Gael García Bernal, elle, qui aurait voulu être un artiste, se refuse de n’être qu’un second dans cette fable. Les ruptures de plans et de décors se succèdent rapidement dans un esprit créatif et ludique. Une approche rappelant le Divin de Sorrentino. Ce biopic qui n’en est pas un s’avère entraînant même si une méconnaissance de la vie et l’œuvre de Pablo Neruda ne peut qu’en atténuer l’effet.

7/10
twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.comVoir plus


Watchlist