I, Daniel Blake Belgique, France, Royaume-Uni 2016 – 100min.

Cineman Movie Charts

Exclusivité Cineman: Rejoignez le plus grand jury cinéphile de Suisse et avec un peu de chance, vous irez bientôt au cinéma gratuitement!

  • chef-d'oeuvre
  • bon
  • moyen
  • passable
  • consternant

5

4

3

2

1

34

9

5

0

0

4.6

48 Avis des internautes

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

ngrodriguez

il y a 3 ans

Film prenant et poignant, sur un réalité tragique et bien réel, où les différences raciale et d'âge s'efface; dans la difficulté, l'entraide est une nécessité. Critique des méandres bureaucratiques, fixes et rigides, ne laissant plus de part à l'humanité. Un film à voir, pour peut-être mieux comprendre la misère qui peut exister dans nos pays dis "riches". à ne pas manquerVoir plus


Skorpio

il y a 3 ans

Le cinéma anglais nous a donné de nombreux film à vocation sociale et Ken Loach est probablement un des leaders de ce mouvement. Émouvant, ce film sonne juste, par l'interprétation des acteurs principaux et en particulier Dave Johns qui a mérité le titre de meilleur acteur reçu aux BIFA 2016. Une saine réflexion sur une situation hélas trop fréquente et une attaque efficace contre la froideur des administrations. Ce film est de la même veine que "Brassed off" (1996, "Les virtuoses"), il touche le spectateur, le contraignant à se poser des questions mais délivrant également de beaux messages d'amour et de solidarité.Voir plus


0vide

il y a 3 ans

Un moment de justesse à hauteur d'homme. Ken Loach fidèle à lui-même (même un peu trop).
Des acteurs simplement merveilleux.


marylounana_g_

il y a 3 ans

Magnifique et malheureusement très réaliste même par rapport au système suisse!


karibou44

il y a 3 ans

Très beau film humaniste, touchant.


hal11

il y a 3 ans

J'ai trouvé le ton du film extrêmement juste. C'est poignant et impitoyable, mais jamais larmoyant ou exagérément sentimental. Au final, le réalisateur veut nous montrer les dérives que peuvent entraîner l'optimisation et la standardisation à outrance de processus dans lesquels l'humain devrait être placé en priorité. Ici c'est le chômage, mais ça pourrait tout aussi bien être le domaine médical. Pour ce faire, il a choisi deux acteurs qui sont exceptionnels dans leur rôle. Un film dur, qui montre une facette d'un système (il y a des gens travaillant dans les offices de placement et autres Pôle emploi qui font un travail admirable) en l'exposant et en la disséquant dans toute son absurdité, et qui selon moi vaut vraiment la peine d'être vu.Voir plus


lena101

il y a 3 ans

Magnifique film. Touchant et réaliste. A voir absolument !


venividivici1

il y a 3 ans

LE FILM À VOIR car il nous plonge dans l'univers cruel et absurde de l'administration (anglaise dans ce cas, mais pas différente de toutes les administrations du monde),
inhumaine et sourde face à l'individu qui cherche à s'en sortir par tous les moyens et qui au contraire le plonge encore davantage dans le désespoir. Ceci dit le film est superbement interprété, il ne tombe jamais dans le "pathos", mené avec une grande dignité et aussi de l'humour.Voir plus


elfic

il y a 3 ans

Film intéressant, qui nous prend aux tripes. Magnifiquement interprété


CineFiliK

il y a 3 ans

Pensée du jour : Le capital humain

Daniel Blake, 59 ans, menuisier de profession, est victime d’un arrêt cardiaque. Alors qu'il est déclaré inapte au travail par son médecin, une compagnie privée mandatée par les services sociaux contredit ce diagnostic. En attendant de pouvoir faire appel, l’Anglais de Newcastle se voit dans l’obligation de rechercher un nouvel emploi afin de percevoir l'allocation chômage. Un casse-tête épuisant qui lui permet néanmoins de rencontrer Katie, une jeune mère célibataire aux portes de la misère.
Il y a de Kafka dans l’administration britannique que le vétéran Ken Loach, sorti d’une semi-retraite annoncée, s’efforce une nouvelle fois de dénoncer. Soumises à un système ultra-libéral ne considérant les malades que comme un gouffre financier, les assurances sociales se doivent d’appliquer des discours automatisés obligeant les plus faibles à postuler pour des emplois qu’ils ne seront pas en mesure d’exercer. Une perte folle de temps, d’énergie et d’humanité qui vire à l’absurde et suscite l’indignité. Telle une comédie sociale, la démonstration commence d’amusante manière en mettant notamment aux prises le brave Daniel, à la bonhomie généreuse, avec l’imprévisible informatique. Mais, petit à petit, le ton s’assombrit et le film s’enlise, tout comme ses personnages qui mériteraient de mieux s’en sortir, dans des scènes proches du mélodrame. Une sorte de chantage à l’émotion irritant qui étiole la Palme d’or du dernier festival de Cannes.

6.5/10
twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.comVoir plus


matthieu_g_

il y a 3 ans

Désolé Mr Ken Loach, mais votre film est hyper déprimant !!! En plus il sort l'hiver donc pas tété... Malgré tout, c'est un bon film, très touchant. Trop !


vincenzobino

il y a 3 ans

Le vent d'injustice se lève
Newcastle: Daniel Blake, menuisier et habile manuellement voit sa vie bouleversée à cause d'un infarctus. Reconnu inapte au travail par son médecin et ayant droit a une indemnité d'invalidité, il va se heurter à une invraisemblable barricade administrative dressée par l'Etat qui le juge parfaitement apte au travail. Son destin va être lié à celui de Kaitie, une mère célibataire londonienne, contrainte de vivre en foyer d'accueil et qui vient d'obtenir un "chez-soi" sans eau ni électricité.
Ken Loach est passé maître dans l'art de dénoncer les invraisemblances quelles qu'elles soient. Et de penser que la situation vécue par Daniel et Kaitie est réelle quand on réalise les enrichissements divers réalisés fait froid dans le dos, mais notre cœur se voit réchauffé par cette solidarité unissant nos deux blessés.
Ici, pas d'artifice ni d'effets larmoyants: juste une infiltration immédiate des le premier dialogue à l'équivalent du Pôle emploi ou ORP britannique identifiant tout de suite le spectateur à Daniel et provoquant une fusion qui demeure bien après le générique de fin.
Dans le rôle-titre, Dave Johns magnifie par sa justesse à se demander s'il n'a pas été un Daniel Blake lui-même. Et Hayley Squires bouleverse en mère de famille sacrifiant sa vie pour le bien unique de ses enfants allant même jusqu'à accepter l'inacceptable.
Mais ce qui frappe le plus, c'est le message limite haineux de Loach envers ce Goliath administratif paraissant infranchissable pour tous les Davids que sont les chômeurs et invalides passant presque pour des criminels.
Le public de Locarno et le jury cannois ne se sont pas trompés en lui attribuant leur récompense suprême: tel Chronic, la claque reçue à la fin reste ancrée.
A recommander vivement, particulièrement si vous êtes passés par cette épreuve qu'est la recherche d'un emploi. Vous vous reconnaîtrez en Daniel ou KaitieVoir plus


Watchlist