Dheepan – L’homme qui n’aimait plus la guerre France 2015 – 109min.

Critique du film

Dheepan

Critique du film: Geoffrey Crété

Pour fuir le Sri Lanka où il est devenu soldat au sein des Tigres de Libération de l'Ilam Tamoul, Dheepan décide d’aller en Europe. Il créé ainsi une fausse famille avec deux parfaites inconnues : Yalini, une jeune femme prête à tout pour fuir son pays et rejoindre l’Angleterre, et Illayaal, une orpheline de 9 ans. Ils sont tous les trois envoyés dans une banlieue en région parisienne, où Dheepan devient gardien d’immeuble. Mais Yalini et lui vont vite réaliser que la violence règne aussi dans l’enceinte de cette cité isolée…

Après un un Prix du scénario à Cannes pour Un héros très discret, un Grand prix pour Un prophète, et l’ovation pour De rouille et d’os, Jacques Audiard, l’homme aux neuf César, a enfin décroché le Graal : la Palme d’or décernée par les frères Coen pour Dheepan - L'Homme qui n'aimait pas la guerre. Est-ce pour autant son meilleur film ? Pas vraiment. Chronique de vie sobre, dépouillée, le film est loin de l’esbroufe (mélo)dramatique des précédents films du cinéaste adulé, qui préfère ici laisser sa caméra et son cinéma en retrait pour offrir plus d’espace à ses personnages. Le cadre idéal pour permettre à Antonythasan Jesuthasan et Kalieaswari Srinivasan, acteurs non professionnels, de livrer des performances saisissantes, et apporter une touche remarquable à un drame social sinon assez simple, qui se déroule sans éclat de génie ou grande imagination.

19.08.2015

3

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

venividivici1

il y a 4 ans

Excellent film qui a bien mérité son prix à Cannes. Un parcours du combattant bien ficelé de ce Dheepan qui fuit son pays et essaie tant bien que mal de se refaire une vie décente en Europe. Évidement rien n'est simple, il y a plein d’embûches à surmonter et tout à reconstruire. Seul bémol: le dernier quart d'heure d'une grande violence dont l'issue manque de crédibilité, mais qui heureusement se termine sur une note positive!Voir plus


alfred_scola

il y a 4 ans

Décevant!
Audiard mérite bien une palme d'or mais pas pour ce film, somme toute monotone, prévisible et décevant. On se demande ce qu'il lui a prit.
Le scénario, le montage et la réalisation sont trop conventionnels et la bande son plutôt énérvante. Certaines scènes sont incompréhensibles, au point qu'on pourrait croire qu'on les a oubliées au montage. La guerre du Sri Lanka mériterait mieux.Voir plus


seemleo1

il y a 4 ans

La force de Jacques Audiard est son langage cinématographique qui justifie à lui seul la palme d'or, boosté par le thème très actuel de "Dheepan". Aucun plan associé à sa mise en scène, n'est gratuite et au contraire raconte, décrit, sensibilise et focalise. Le style du réalisateur est âpre, sec, naturaliste. Reflète-t-il la réalité ? En l’occurrence le spectateur est dans la peau des migrants, participe à leur dur parcours de vie et perçoit la lente évolution, leur adaptation au nouveau monde. Le seul bémol viendrait du scénario et de sa trame qui dénote d'un certain académisme. La conclusion peut aussi surprendre, décevoir ou réjouir. Elle n'est certainement pas innocente de par son message politique et humaniste.Voir plus


Autres critiques de films

La bonne épouse

La Vérité

Woman

Citoyen Nobel