CH.FILM

Sils Maria France, Allemagne, Suisse 2014 – 124min.

Critique du film

Sils Maria

Critique du film: Geoffrey Crété

La carrière de Maria Enders a débuté à ses 18 ans avec le rôle de Sigrid, jeune fille cruelle qui abuse de l’amour d’une femme plus mûre, Helena, puis la pousse au suicide. Des années après, au sommet de sa popularité, Maria se rend à une soirée en hommage au metteur en scène qui l’a révélé lorsqu’elle apprend son décès. Un événement qui la pousse à accepter de reprendre la pièce, mais cette fois de l’autre côté du miroir, dans le rôle d’Helena. Avec son assistante Valentine, elle se replonge dans ses souvenirs et affronte ses failles…



Cinéaste polymorphe passé par quantité d’univers, l’insaisissable Olivier Assayas s’est laissé emporter par Juliette Binoche, frustrée par leur collaboration sur le film chorale L’Heure d’été, qui lui a soufflé cette histoire de femmes. En résistant à la formule attendue du jeu de manipulation et de jalousie, Sils Maria penche vers l’expérience troublante, véhiculée par une narration lente et envoûtante. Le beau face à face entre Binoche et Kristen Stewart, excellente, y est pour beaucoup.

13.12.2016

3

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

aegyptis

il y a 5 ans

Je suis sortie avec une impression très mitigée, avec un fort penchant en défaveur de ce film. Bien que les paysages (suisses, qui l'eut cru?) sont simplement magnifiques, ils ne font pas oublier le jeu "particulier" de Juliette Binoche... Ce personnage sur-joué, dont les sentiments brusques rappellent une note immanquablement fausse, trop aiguë. Incompréhension également, lorsque le personnage de Valentine disparaît brusquement (décidément!). Certes, il faut le lier à la pièce mentionné dans le film; mais construire un personnage pour l'abandonner ensuite sans plus en parler jusqu'à la fin (longue à venir d'ailleurs), me semble peu pertinent.Voir plus


vincenzobino

il y a 5 ans

Sils Maria m'évoque un souvenir de vacances en Engadine il y a plusieurs années avec, entre autres, un passage sous ce serpent du Maloja que mentionne venividivici. Le scepticisme l'emportait à la vision de la bande-annonce. Au final, ce film est un enchantement.

L'idée de reconstituer la pièce et la mêler à la trame était périlleuse et nécessitait des dialogues savoureux, un jeu d'actrices exceptionnel et un montage vocal sans faute : ces 3 conditions sont réunies.

Les prises de vue de l'Engadine, en particulier du col du Maloja et du lac de Sils, sont superbes; le trio d'actrices est exceptionnel (Juliette Binoche dans son plus beau rôle depuis le patient anglais, Kristen Stewart sublime effaçant à mes yeux le personnage de Bella insipide dans un rôle de composition plus fort que Into the road et Chloé Grace Moretz méconnaissable), les répliques théâtrales magistrales et la chute de l'intrigue assez évocatrice du désir qui peut pousser x personne à déborder un rôle fictif dans la réalité.

Heureux de l'avoir vu et ce somptueux canon de Pachelbel en conclusion trouve, ici, toute sa grandeur. A recommander vivement...Voir plus


geniedesalpages

il y a 5 ans

Pff.. 2 heures de dialogues entre Juliette Binoche et Kristen Stewart en sous-titré. Je n'ai pas aimé.


Autres critiques de films

O Que Arde

L'Adieu

Un beau soleil intérieur

American Honey