Loin des hommes France 2014 – 101min.

Loin des hommes

Critique du film

Loin des hommes

Critique du film: Geoffrey Crété

Algérie, 1954. Alors que la rébellion gronde dans la vallée, Daru, un instituteur blanc Algérien, est déterminé à ne pas céder à la peur et quitter ses élèves. Lorsqu’on lui amène un paysan accusé du meurtre de son cousin, qu’il doit escorter jusqu’à un village isolé, il refuse. Mais les événements le poussent à accepter, et se lancer dans un périple à travers le désert glacial, peuplé de rebelles sanguinaires et soldats en mission.

Une libre adaptation de L’Hôte d'Albert Camus, avec Viggo Mortensen et Reda Kateb dans le désert algérien, sur la musique de Warren Ellis et Nick Cave : sur le papier, Loin des hommes est un OVNI. Deuxième film de David Oelhoffen, réalisateur de Nos retrouvailles et co-scénariste de L’Affaire SK1, cette épopée intérieure orchestre la rencontre entre deux âmes solitaires, réunies par un chaos qui va leur permettre de revivre. La formule est presque ordinaire, mais bénéficie de la présence magnétique de Mortensen, et de paysages absolument grandioses qui donnent à cette fable une force remarquable.

06.01.2015

3

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

marylou_allenspach

il y a 4 ans

Très fatiguée j'ai piqué du nez au début mais l'intensité du rapport entre ces deux hommes magnifiquement interprété m'a réveillé et même donné de l'énergie. Un beau voyage au cœur de la conscience humaine fait avec finesse et délicatesse.


vincenzobino

il y a 4 ans

5.5: Viggo Mortensen incarnant un instituteur algérien dans un film français? Il y avait de quoi susciter la curiosité. Je ne regrette pas le voyage...

L'ayant vu en totale inconnue avec pour seule information le fait que Viggo Mortensen avait des répliques en français, j'ai eu un immense plaisir à observer cette adaptation libre de l'aveu de Camus (que je n'avais pas lu) : un pied-noir chargé, en 1954 dans une Algérie en pleine guerre civile, d'escorter un prisonnier à-travers les montagnes occupées par les maquisards. Dans l'adaptation, le pied-noir est remplacé par un natif algérien originaire d'Espagne (clin d'œil à Viggo).

Ce petit détail excepté, tout le reste est magnifique :
- des prises de vues somptueuses (du Maroc où fut tourné le film, la région lieu d'action étant insécurisée) rappelant les westerns de Nicholas Ray et, plus récemment, the Homesman.
- le duo d'acteurs : Mortensen également co-producteur signe son plus beau rôle avec a history of violence (2-3 séquences fortes notamment un procès sur l'occupation française et un rapport avec les autres comédiens très fort), Reda Kateb est prodigieux (je ne suis pas un spécialiste de la guerre d'Algérie mais l'on ressent toute la douleur par le regard de son personnage)
- une BO de Nick Cave phénoménale (longtemps que je n'en avais plus entendu)
- 10 dernières minutes très belles et empreintes d'optimisme.

Heureux de l'avoir vu et à recommander vivement...Voir plus


Autres critiques de films

Ad Astra

ÇA Chapitre 2

Le roi lion

Once Upon a Time... in Hollywood