La Planète des singes: l'affrontement Etats-Unis 2014 – 130min.

Critique du film

Dawn of the Planet of the Apes

Critique du film: Geoffrey Crété

10 ans après la grippe simiesque, une poignée de survivants tente de reconstruire une société à San Francisco.

Dix années se sont écoulées depuis qu’un virus mortel, la grippe simiesque, s’est répandu à travers le monde pour décimer la population. Epargné, un groupe d’humains tente de reconstruire une société dans les ruines de San Francisco. Mais alors qu’ils recherchent une centrale hydraulique censée leur fournir toute l’électricité dont ils auront besoin, ils tombent sur une tribu de singes menée par Caesar. Si celui-ci cherche à tout prix la paix avec l’espèce humaine, un autre membre de son clan va provoquer une guerre pour anéantir l’Homme...

Matt Reeves (Cloverfield) n’a pas à déployer beaucoup d’artifices pour surpasser le La Planète des singes : Les origines sorti il y a trois ans. Il lui suffira d’avoir des personnages plus simples et donc crédibles, incarnés par des comédiens plus sobres et donc solides, pour donner à cette suite un goût de cinéma. Le cahier des charges du blockbuster estival s’en trouvera ainsi respecté à la lettre, avec sa dose de scènes spectaculaires, ses effets spéciaux impressionnants et sa dramaturgie hollywoodienne, cernés par la volonté peu subtile de poser les briques d’un prochain épisode plus mouvementé encore. Aucune révolution à l'horizon donc, si ce n'est celle d'un film à grand spectacle bien troussé.

17.05.2016

3

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Rodavlas

il y a 6 ans

Beaucoup aimé, seul bémol la longueur du film...


sharpeye

il y a 7 ans

On connaît la recette des grosses machines hollywoodiennes: effets numériques bluffants (les singes sont impressionnants de réalisme), bande sonore qui déchire et scénario affligeant baignant dans une violence crasse omniprésente. Les personnages restent bien schématiques dans un monde manichéen à souhait.
Et puis, je suis allé voir le film avec mon fils (12 ans) au Pathé Balexert, et quelle ne fût pas ma surprise de nous voir infliger la BDL ultra-violente, sexiste et et très anxiogène du film The Equalizer d'Antoine Fuqua, film dont je doute que l'âge légal soit mis à 12 ans, merci Pathé !Voir plus


romain.luscher

il y a 7 ans

Mouais


Autres critiques de films

Mourir peut attendre

Venom: Let There Be Carnage

Dune

Halloween Kills