Bande de filles France 2014 – 112min.

Critique du film

Bandes des filles

Critique du film: Geoffrey Crété

Une adolescente en rupture avec sa mère et l'école, intègre une bande de filles sévissant dans sa banlieue parisienne.

Marieme a 16 ans. Dans sa banlieue parisienne, elle affronte les défis d'une adolescence compliquée, aux portes d'un âge délicat où l'on se découvre. En échec scolaire, délaissée par sa mère, elle se laisse dicter son comportement par son grand frère, tout en s'occupant de ses deux petites soeurs. Jusqu'au jour où elle rencontre Lady, Adiatou et Fily, trois filles de son quartier qui ont intégré les codes de conduite pour s'affirmer. Marieme deviendra la quatrième de cette bande de filles.

Dès l'ouverture, Bande de filles rappelle la valeur de Céline Sciamma dans le paysage français : mise en scène précise, musique électrisante, lumières étincelantes, visages modernes, au service d'un regard moderne et tendre sur une génération. Le troisième film de la réalisatrice, qui rappelle les élans électro-pop de Naissance des pieuvres, son superbe premier essai, se perd dans une troisième partie au rythme décousu, loin de l'efficacité de la première heure. Qu'importe : Bande de filles marque les esprits, en grande partie grâce aux comédiennes, dont la superbe Karidja Touré, transformées en héroïnes de banlieue.

21.03.2017

4

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

CineFiliK

il y a 5 ans

Devenu un genre en soi, les films sur la banlieue, souvent associés à la violence et au désespoir, peuvent effrayer. Sans renoncer à cette vision quelque peu stéréotypée, ce film opte pour une approche feuilletonesque plus originale que documentaire. C’est à la fois sa force et sa faiblesse. D’une part, elle fait de son personnage, une héroïne qui évolue au fil d’épisodes très marqués dans un univers ancré dans le réel, mais altéré par une mise en scène très esthétisante. De l’autre, ce schéma voulu entraîne l’ensemble dans une mécanique gênant le ressenti et l’émotion. Dommage, car les problématiques soulevées – espoirs et frustrations adolescents, opposition garçons-filles, rapport centre et périphérie… – demeurent essentielles. 4.25/6Voir plus


Autres critiques de films

Atlantique

Parasite

Bruno Manser - la voix de la forêt tropicale

Justice League