The Zero Theorem France, Roumanie, Royaume-Uni, Etats-Unis 2013 – 107min.

Critique du film

The Zero Theorem

Critique du film: Geoffrey Crété

Un informaticien de génie tente de prouver que l’univers n’a aucune raison d’être.

Dans un futur indéterminé, au cœur d’une métropole chaotique, bombardée de publicité et placée sous le contrôle d’une autorité omnisciente nommée Management. Informaticien de génie rongé par des angoisses existentielles, Qohen Leth se terre dans une chapelle abandonnée, l’esprit torturé par les chiffres, les probabilités et le sens de la vie. Chargé de percer le mystère du théorème zéro, qui tente de démontrer que l’univers n’a aucune raison d’être, il se retrouve embarqué dans une aventure rocambolesque aux côtés de Bainsley, une étonnante jeune femme…

Saluer l’imaginaire flamboyant de Terry Gilliam relève à la fois d’une erreur et du détail dans le cas de The Zero Theorem : sans surprise, le réalisateur de Brazil ouvre les portes d’un univers excitant qui déborde de détails fantastiques, d’appareils farfelus et de personnages iconoclastes. Mais victime de sa force d'antan, à la manière d'un Tim Burton, le cinéaste semble piégé dans un monde hystérique, qui tente péniblement de combler le vide de son histoire avec un surplus d’idées décalées et d’apparitions savoureuses – Matt Damon en caméléon tyrannique, Tilda Swinton en psy virtuelle. Il en faudra malheureusement plus pour élever ce film au-dessus du zéro.

10.11.2020

2

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

batty1

il y a 6 ans

Surchargé, abscons et indigeste


johnbook

il y a 6 ans

L'univers est fantastique, l'histoire... inutilement complexe. On se perd dans la vie du protagoniste, quand bien même on apprécie les métaphores (sinon les remarques directes) contre les travers de notre époque. Passer sa vie à attendre un coup de téléphone, c'est bien vu une fois, mais rapidement pénible. Comme l'amour/sexe virtuel.
au final, très ambitieux pour pas grand chose. Comme une église, avec de l'or et du néant apparent ?Voir plus


sopaul

il y a 6 ans

Difficile d'émettre une critique ... Je n'ai pour ma part pas pu ni su apprécier ce film, très bizarre et aux décors excentriques. Difficile de s'immerger et du coup je suis passé à côté de ce film. J'avais pourtant bcp aimé l'armée des 12singes...Je dirais à voir pour les amateurs du genre.Voir plus


Autres critiques de films

Drunk

Wonder Woman 1984

Chaos Walking

Adieu les cons