Straight Outta Compton Etats-Unis 2015 – 147min.

Critique du film

Straight Outta Compton

Critique du film: Geoffrey Crété

1987, Compton. Nés dans la banlieue défavorisée de Los Angeles, Dr. Dre, Eazy-E, Ice Cube, DJ Yella et MC Ren veulent à tout prix utiliser la musique pour exister et s’exprimer dans un monde brutal. Le succès de leur premier titre, Boyz-n-the-Hood, attire l’attention du manager Jerry Heller, qui propulse N.W.A. (Niggaz wit' Attitude) sur le devant de la scène. Un succès fulgurant qui va bouleverser la scène du rap américain, attiser la violence de la communauté noire contre les forces de l’ordre, mais aussi mettre à épreuve l’amitié du groupe…

Straight Outta Compton est moins un biopic de rappeurs que celui d’une période importante de l’histoire de la musique américaine, et de l’Amérique elle-même. Si Dr Dre, Ice Cube et Eazy-E sont tous au cœur de l’histoire, avec des apparitions ou références à d’autres grands noms de la scène du rap, c’est que l’individu compte moins que le tout : la valeur du film de F. Gary Gray se trouve moins dans les récits classiques de ces enfants des rues devenus des superstars des charts que dans le portrait violent d’un pays rongé par l’injustice sociale, et qui n’attendait qu’une étincelle (le rap) pour exploser. Cette lecture sociale, malheureusement totalement en phase avec l’actualité, est la plus puissante de Straight Outta Compton, bien plus passionnant quand il filme les émeutes et la police que lorsqu’il se resserre sur les conflits au sein de la bande.

31.05.2021

3

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

CineFiliK

il y a 5 ans

Ice Cube, Dr Dre et Eazy-E, les "Niggaz Wit Attitudes" sont sur la place et vont mettre le feu. Des origines modestes à la réussite clinquante, des humiliations discriminantes aux émeutes de Los Angeles, l’impact sociopolitique de ce groupe de hip-hop sur la musique et la culture américaines.

Prenant le risque de "fictionner" l’ensemble plutôt que de se satisfaire d’un documentaire, le réalisateur s’en sort avec honneur. Cela ressemble parfois à du Dallas, méli-mélo d’ambition et de trahison, mais le gangsta rap, qu’il inspire ou non, pulse le tout avec force et énergie.
(7.5/10)

twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.comVoir plus


seemleo1

il y a 5 ans

Un biopic sur un groupe hip hop qui a créé le "gangsta rap" n'est certainement pas anecdotique. Le film déroule les faits de la fin des années 80 jusqu'au mitant 90. Excellente réalisation et acteurs-trices convaincantes. Dommage que le très long métrage se contente de gratter doucement où cela fait mal et reste à la surface de la motivation et de la créativité des artistes ainsi que de leur mode de fonctionnement.On sent une admiration contenue du réalisateur qui nous présente souvent les membres du groupe en tant que victimes de la société. Pas sûr que cela reflète complètement la réalité. Sympa tout de même pour les amateurs.Voir plus


Autres critiques de films

The Father

Sans un Bruit 2

Nomadland

Désigné Coupable