Like Someone in Love France, Japon 2012 – 109min.

Critique du film

Like Someone in Love

Valérie Lobsiger
Critique du film: Valérie Lobsiger

A Tokyo, une étudiante qui se prostitue se rend chez un vieil homme.

Dans le bar qu'elle fréquente de nuit, le souteneur d'Akiko lui annonce qu'il a arrangé un rendez-vous avec un client pour elle. Après avoir invoqué des examens à réviser et la visite de sa grand-mère, elle finit par obtempérer. Elle se rend en taxi chez Takashi, vieillard solitaire qui a préparé un dîner aux chandelles pour elle. Elle décline le souper, l'invite à se mettre au lit sans succès puis s'endort. Le lendemain, Takashi la conduit à l'université. Il fait la connaissance de son petit ami Noriaki après avoir assisté de loin à la scène de jalousie qu'il lui a faite. Plus tard Akiko appelle Takashi à l'aide: elle s'est fait tabasser par Noriaki...

Beaucoup de questions restent sans réponse dans ce film, dont la fin reste ouverte, du célèbre réalisateur iranien Abbas Kiarostami. La jeune fille est successivement livrée à 3 personnages masculins sans avoir son mot à dire. Convaincue qu'elle ressemble à tout le monde, elle semble souffrir de n'être personne. Sa solitude fait écho à celle de Takashi qui, malgré son éducation, a l'air aussi dérouté qu'elle. Où les moyens modernes de télécommunication tels que téléphone portable et répondeur paraissent des instruments pour mieux s'éviter...

01.03.2015

4

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

ch21

il y a 8 ans

...rien de folichon. Un Kiarostami traditionnel, avec des personnages pas très crédibles. Le montage et la mise en scène sont intéressants. Les acteurs, eux, laissent songeur tant leur jeu est vide ou excessif. En somme, spectateur lambda (voir ci-dessus) s'abstenir; cinéphile, faites l'essai, histoire de l'avoir vu!Voir plus


hildegard.medinaemam

il y a 8 ans

Adorable et touchant


seemleo1

il y a 8 ans

Par des plans fixes en temps réel, le réalisateur décrit délicatement la rencontre de deux âmes que "tout séparent" et leur cheminement intérieur durant cette tranche de vie de quelques heures. Ce film est un bel objet, soigné et délectable sans aucun effet cinématographique de mise en perspective, de découpage, de rythme ou même de scénario. Cela peut être déroutant pour le spectateur lambda, mais on est touché par la grâce des personnages.Voir plus


Autres critiques de films

Justice League

Le pianiste

La Mauvaise éducation

Selma