CH.FILM

L'enfant d'en haut France, Suisse 2012 – 97min.

Critique du film

L'enfant d'en haut - Sister

Valérie Lobsiger
Critique du film: Valérie Lobsiger

Pour vivre et faire vivre sa soeur, un enfant vole des équipements de ski puis les revend.

Simon (Kacey Mottet Klein), 12 ans, passe ses journées en haut des pistes. Pourtant il ne sait pas skier, même s'il se promène chaussures de skis aux pieds pour mieux le faire croire. En vérité, il vole du matériel de ski qu'il revend ensuite à ses copains. En bas, dans la vallée, il vit dans un bloc avec Louise (Léa Seydoux), sa soeur, qui ne garde très longtemps ni le même travail, ni le même homme. Elle s'absente souvent, y compris le jour de Noël, et chacun se débrouille de son côté. Cette entente tacite est remise en cause le jour où Louise commence à taper de l'argent à Simon. Jusqu'à quand l'enfant va-t-il tenir le coup ?

Ce deuxième long-métrage de la Suissesse Ursula Meier, Ours d'argent au festival de film de Berlin, est à la hauteur de son précédent film, le remarquable Home. Il y est de nouveau question d'une famille en marge de la société. L'enfant aux maigres épaules rêve d'être un gosse de riches bichonné par sa mère. Hélas pour lui, sa soeur est un poids qu'il croit pouvoir alléger en gagnant toujours plus. Pas de déballage sentimental dans ce film pudique et juste qui montre moins l'envers du décor des riches touristes férus d'or blanc que le besoin d'affection d'un triste gavroche contraint de devenir adulte malgré lui.

22.12.2013

4

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

stellar

il y a 7 ans

Beaucoup de peine avec les films d'Ursula
<br>Meier. Pas fan du tout.
<br>Mais l'enfant joue très bien.


zazouille

il y a 8 ans

assez divertissant histoire interéssante


commundmortels

il y a 8 ans

Le cinéma français est plus cru que l'américain. Le suisse l'est plus que le français. Ici, on est à la limite du reportage... et on peut se demander d'ailleurs qui porte qui! C'est captivant à 2 niveaux: le suspens de surface revient à savoir si le gamin va se faire gauler. Celui en profondeur revient à attendre le point de rupture entre les deux acteurs principaux.<br>C'est franchement fort. La dernière image est tellement soumise à interprétation que je sens que ça va me tarabuster qqes jours.Voir plus


Autres critiques de films

Greenland - Le Dernier Refuge

Dark Waters

La bonne épouse

Yakari, La Grande Aventure