CH.FILM

A perdre la raison Belgique, France, Luxembourg, Suisse 2012 – 114min.

Critique du film

A perdre la raison

Critique du film: Agathe Tissier

Un médecin étend son autorité et son emprise psychologique sur la famille qu'il héberge.

Mounir (Tahar Rahim) est un jeune Marocain vivant en France depuis qu'il a été adopté par un médecin français (Niels Arestrup), lequel a épousé sa soeur en lui obtenant au passage des papiers légaux. Lorsque Mounir rencontre Murielle (Emilie Dequenne), c'est le coup de foudre: la jeune femme s'installe bientôt chez ce qui va devenir sa famille, qu'elle ne tarde pas à agrandir en donnant naissance à 1, 2, 3 puis 4 enfants. Confronté à l'autoritarisme latent de ce patriarche qui leur offre tout ce confort, le couple n'arrive pas à voler de ses propres ailes, la frontière entre générosité et emprisonnement moral se révélant des plus ténues. Face au désengagement total de son mari, la jeune mère ne voit bientôt plus qu'une seule issue pour sortir de cet enfer...

Joachim Lafosse porte à l'écran un fait divers d'une cruauté sordide et ne nous fait grâce d'aucun détail, plaçant le spectateur aux premières loges d'une souffrance sourde, qu'on perçoit certes remarquablement bien dans les yeux constamment gonflés d'Emilie Dequenne. De l'intérêt de projeter sur grand écran la misère humaine en égrainant la rubrique fait divers? Ramassis de pauvreté, avant tout intellectuelle, pour satisfaire la curiosité malsaine des mêmes gens qui ralentissent sur l'autoroute pour mieux voir l'accident mortel survenu sur la voie inverse.

23.09.2020

1

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

yeuxdeloup

il y a 8 ans

Excellent à voir absolument


yeuxdeloup

il y a 8 ans

Excellent, à recommander. Cela montre bien jusqu'où peut mener le desespoir, la solitude à deux, la manipulation


clair_obscur

il y a 8 ans

Un film intéressant mais trop oppressant et qui procure un sentiment de malaise qui nous poursuit après pendant longtemps.


Autres critiques de films

Justice League

Sorry We Missed You

Douleur et gloire

God Exists, Her Name is Petrunya