Enfance clandestine Argentine, Brésil, Espagne 2011 – 112min.

Critique du film

Infancia clandestina

Critique du film: Andrea Wildt

Drame autobiographique consacré aux résistants argentins des années 70, du point de vue d'un petit garçon.

A la fin des années 70, la famille de Juan revient au pays après un exil volontaire: ses parents dirigent un mouvement péroniste rebelle composé de guerilleros opposés à la dictature argentine en place, coupable d'enlèvements et d'assassinats. En apparence, le quotidien de ce garçon de 12 ans ressemble à tous ceux de son âge: école, sorties, anniversaires, etc. Mais tout comme sa famille, Juan mène une double vie: aux yeux de ses camarades, il s'appelle Ernesto et est originaire de Cordoba. Sauf qu'il doit souvent vérifier dans son passeport sa date de naissance ou son lieu de naissance pour s'en rappeler...

Pour sa toute première réalisation, l'Argentin Benjamín Ávila narre l'histoire de ses parents qui combattirent la dictature militaire argentine dans les années 70, en privilégiant plus l'aspect humain que les faits historiques. En plus d'illustrer ses jeunes années, Infancia clandestina soulève également la question du libre-arbitre de chacun, dans une société déchirée par une dictature. Ce mix entre politique et drame familial s'avère remarquablement émouvant.

24.03.2013

4

Votre note

Commentaires

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement

Autres critiques de films

Justice League

Le pianiste

La Mauvaise éducation

Selma