Critique13. Oktober 2020

Streamania: «The Undoing» - Nicole Kidman à nouveau prise dans la tourmente

Streamania: «The Undoing» - Nicole Kidman à nouveau prise dans la tourmente
© HBO

Nicole Kidman rempile pour une autre série HBO. Après «Big Little Lies», l’actrice australienne quitte les rives de la côte ouest pour les abords de Central Park. Créée par David E. Kelley, «The Undoing», diffusée dès le 25 octobre sur HBO et dès le 26 octobre en US+24 sur OCS, plonge dans les méandres de la haute société new-yorkaise et dans la vie d’un couple bien comme il faut.

Grace Fraser (Nicole Kidman) est une thérapeute à succès. Heureuse épouse de Jonathan (Hugh Grant), un éminent oncopédiatre, et fière maman d’un garçon fréquentant une école privée prestigieuse, la vie de cette New-yorkaise aisée bat au rythme de ses consultations, de dîners de charité et de réunions de parents d’élèves. Un jour, lors d’une rencontre entre membres du comité d’une récolte de fonds de l’école, Grace fait la connaissance de Elena, une nouvelle maman. La mystérieuse femme au comportement plutôt inhabituel est retrouvée assassinée quelques jours plus tard.

Rien ne va mieux à Nicole Kidman que les rôles de femmes tourmentées, bafouées qui doivent se battre pour reprendre pied. L’actrice fait à nouveau équipe avec David E. Kelley, créateur de la série, pour une virée dramatique dans «The Undoing». Après «Big Little Lies», les deux compères remettent la compresse dramatique pour ce thriller adapté du roman de Jean Hanff Korelitz, «You should have known» (Les premières impressions). On l’avait découverte en femme battue aux côtés de Reese Witherspoon, la comédienne à la chevelure de feu incarne à nouveau un rôle fort en émotions, un registre qui lui sied à merveille et dans lequel elle excelle. Tout en retenue, elle investit les traits d’une femme flouée qui voit sa vie entière remise en question.

Rien ne va mieux à Nicole Kidman que les rôles de femmes tourmentées– Emma Raposo

Face à elle, Donald Sutherland plus qu’excellent en père richissime et Hugh Grant en mari mystérieux tombé de son piédestal, tous barbotant dans la haute société new-yorkaise sachant si bien mettre sous le tapis les aspects les moins reluisants d’une vie guindée. Six épisodes réalisés par Susanne Bier («Bird Box») et baignés dans une tension latente toujours très tenue parvenant à tenir en haleine du début à la fin avec une facilité déconcertante. Car à la question au coeur de toutes les interrogations, «qui a tué la jeune Elena?», le scénario concocté par David E.Kelley répond en brouillant les pistes et en induisant en erreur.

© HBO

Connaît-on vraiment les gens avec qui nous vivons? Vit-on réellement la vie que nous avons ou en fabriquons-nous une version fantasmée de façon à ce qu’elle soit plus supportable? Traversée par des questions existentielles, l’histoire joue avec les nerfs de son héroïne et suggère que chaque protagoniste pourrait être à la place de l’accusé. L’intrigue, qui semble à première vue cousue de fil blanc, prend corps petit à petit pour livrer des vérités bien sombres.

Petit délice sériel qui se consomme en une bouchée...– Emma Raposo

Petit délice sériel qui se consomme en une bouchée, «The Undoing» sert sur un plateau un drame psycho-sentimental qui voit dégringoler une famille riche et puissante, prouvant au passage que personne n’est à l’abri de voir sa vie voler en éclats. Derrière les murs bien entretenus des maisons cossues de Manhattan, les riches sont finalement des personnes comme les autres... ou pire ?

4/5 ★

À découvrir prochainement sur OCS.

Ceci peut aussi vous intéresser:

Cet article vous a plu ?


Commentaires 0

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement