Critique3. April 2018

Jennifer Lawrence mise à nu dans un thriller d’espionnage - «Red Sparrow»

Jennifer Lawrence mise à nu dans un thriller d’espionnage - «Red Sparrow»
© Twentieth Century Fox Film Corporation

Francis Lawrence, réalisateur des trois Hunger Games, adapte le roman éponyme de Jason Matthews, un des best-sellers de l’année 2015. Entre Bolchoï, CIA et intelligence soviétique, voici un petit thriller sexué, violent mais étonnamment maladroit... En salle le 4 Avril.

En deux mots

Dominika Egorova (Jennifer Lawrence) est une jeune ballerine émérite du Bolchoï mais un brutal accident mettra fin à sa carrière. Elle sera alors approchée par Egorov, son oncle (Matthias Schoenaerts), un agent du KGB, et intégrera une école spéciale pour devenir un ”moineau rouge” de l’intelligence soviétique. Entraînée à séduire, sa première cible sera un agent de la CIA (Joel Edgerton) infiltré en Russie. Très vite, un jeu dangereux s’engage entre les deux espions.

Dominika (Jennifer Lawrence) & Nathaniel (Joel Edgerton)
Dominika (Jennifer Lawrence) & Nathaniel (Joel Edgerton) © Twentieth Century Fox Film Corporation

La critique

Sur les planches du Bolchoï, lorsque la jambe de Dominika se brise dans un ramdam orchestral, le réalisateur introduit l’idée d’une beauté à revers, impérieuse, brutale et Red Sparrow s’ouvre avec ardeur. Elle succombera aux sirènes d’un oncle perfide. La demoiselle devient un “moineau rouge”, un super-agent au service d’une intelligence véreuse. Entre les mains des services secrets, Dominika, entrainée par Charlotte Rampling, deviendra une arme de séduction massive et offre en filigrane un joli discours sur la manipulation. Il s'engage alors une filature psychologique à contre-courant des films de Paul Greengrass (Jason Bourne), et les choix de mise en scène donnent une identité notable au thriller.

Dominika (Jennifer Lawrence)
Dominika (Jennifer Lawrence) © Twentieth Century Fox Film Corporation

Un film d’espion au féminin, une tentative psychologique, violente et sexuée; discutable par ailleurs, il reste une proposition de cinéma honorablement incarnée par la flopée d’acteurs. Après Mother! (Darren Aronofsky), Jennifer Lawrence continue de prendre des risques, Matthias Schoenaerts se frotte à un genre nouveau, et Jeremy Irons compose avec charisme. Sans oublier Charlotte Rampling impeccable en matrone glaciale et un Joel Edgerton qui fait le boulot. Nul n’y brille mais le film a du tempérament.

Violence abrupte et quasi gratuite...

Mais si Red Sparrow vacille c’est ailleurs. Une nouvelle fois, Hollywood nous livre une “femme forte” qui en définitive se révèle être la marionnette sexy d’une gérontocratie soviétique. Le twist amoureux ouvre une lucarne sur Roméo & Juliette. L’intelligence dans la séduction donnera du corps au personnage de Dominika mais la violence abrupte et quasi gratuite des scènes étouffera l’histoire. Le sauna, la classe, la douche, le viol et la torture finale…

Egorov (Matthias Schoenaerts)
Egorov (Matthias Schoenaerts) © Twentieth Century Fox Film Corporation

Dans la veine d’un récent Atomic Blonde avec Charlize Theron, Red Sparrow tente une réécriture mais repose son originalité sur une incarnation féminine. Plus étonnant encore, il flotte la vision d’une femme contrainte à la nudité pour servir les intérêts des hautes sphères dans l’espoir de se libérer. Curieux … Aussi périlleux soit-il pour Jennifer Lawrence, le cheminement de Dominika laissera perplexe. C’est tout le paradoxe de Red Sparrow, une vision maladroite dans un film d’espionnage pourtant brut et à la mise en scène exigeante.

Note de la rédaction -> 3/5 ★

USA - 2017 - Thriller

Réalisateur: Francis Lawrence

Acteur: Jennifer Lawrence, Joel Egerton, Mary-Louise Parker, Ciarán Hinds, Matthias Schoenaerts, Jeremy Irons


Commentaires 0

Vous devez vous identifier pour déposer vos commentaires.

Login & Enregistrement